Genre et géographie

La thématique scientifique du carnet est l’approche féministe, du genre, des homosexualités en géographie. Ce carnet s’appuie sur la biennale genre et géographie dont la deuxième édition qui a eu lieu à Grenoble, 10-12 décembre 2012, s’est appuyé sur l’ argumentaire ci-dessous , qui sera celui du carnet de recherche, il vise aussi le débat dans la communauté géographique autour des questions de la place des femmes géographes dans les institutions de recherche en puisant dans des anecdotes révélatrices des stéréotypes de genre.

http://biennale-genre.sciencesconf.org/
Argumentaire scientifique :

Il est fort à parier que les recherches interrogeant le rapport genré à la spatialité, aux lieux, à l’action sont traversées par des controverses. Dans le champ de la géographie, les approches par genre ont été questionnées dans leur fondement épistémologique, leurs valeurs et leurs légitimités pour être aujourd’hui considérées comme un objet géographique, un « construit cognitif permettant d’appréhender un phénomène spatial » (Lévy et Lussault, 2003). Il y a eu des moments, des lieux où cette controverse a été débattue (Lyon-Grenoble, 2004), (Bordeaux, 2010)… dévoilant ainsi les points aveugles et les effets d’occultation de la discipline dans l’analyse de la relation de genre à l’espace.

Le genre est un objet pour les sciences sociales ; il revêt donc un caractère pluriel d’inscriptions théoriques allant des marxistes, féministes, constructivistes, structuralistes, au poststructuralisme, au post-modernisme, au post-colonialisme, au post-socialisme dans des champs géographiques divers : géopolitique, géographie sociale, culturelle, géographie économique, géographie post-coloniale, géographie du pouvoir, du développement. Ces postures, souvent entremêlées, posent inéluctablement un point de vue sur le genre, sur ce qui conditionne les rapports masculins/féminins à la société, à l’autre et à soi. Les recherches passées et en cours sont hétérogènes. Elles ont mis en exergue les relations masculins-féminins en tant que différenciation, hiérarchisation, variabilité, intersectionalité s’exprimant dans l’analyse des formes de rapport à l’espace et aux territoires, aux temps, aux échelles, aux identités, à l’altérité, à la nudité, à la sexualité. Les champs privilégiés de recherches concernent les pratiques de mobilités, les pratiques de loisirs, le quotidien, le rapport à l’imaginaire, les corps, les minorités, les arts, les formes de travail, les formes de gestion des ressources, les formes de pouvoir, les formes de collectifs, qu’ils soient sociaux, culturels, territoriaux, politiques… La liste n’est pas exhaustive et les débats ne sont pas clos, bien au contraire !

Fort de ces acquis et sous l’impulsion du conseil scientifique du colloque de Bordeaux (Yves Raibaud, Kamala Marius-Gagnou) en septembre 2010, l’idée de structurer une biennale itinérante sur ces enjeux a pris forme. Le rendez-vous a été pris et la prochaine session aura lieu à Grenoble les 10, 11 et 12 décembre 2012, organisée par l’UMR PACTE-Territoires (Sophie Louargant). Elle a eu comme objet de débattre sur l’accumulation de savoirs réflexifs, empiriques, méthodologiques ou opérationnels de la relation de genre traduit dans et par l’espace.

Le carnet « genre, géographie » vous permet de suivre les débats scientifiques autour de cette biennale et met en avant les séminaires, conférences, publications sur le sujet.
Le carnet s’est aussi le moyen de suivre la table-ronde organisée par Francine Barthe-Deloizy lors de la biennale « Ce que la géographie fait aux femmes, ce que les femmes font à la géographie », en présence de Béatrice Collignon, Mariane Blidon, Myriam Houssay-Holzschuch, Kamala Marius-Gnanou, Raymonde Séchet, Sophie Louargant, table-ronde qui se poursuivra pour la troisième édition de la biennale à Angers (responsable Umr Eso, Emmanuel Jaurand)en 2014, à Poitiers en 2016…Les vidéos et photos de la biennale de Grenoble sont en ligne à l’adresse suivante : http://biennale-genre.sciencesconf.org

Sophie Louargant, Umr Pacte-Territoires, Grenoble 2

Francine Barthe et Sophie Louargant sont les modératrices de ce blog jusqu’à la prochaine biennale. Francine nous a invité lors de la biennale à la lecture de « La nouvelle histoire de l’Homme » de Pascal Picq que vous trouverez en ouverture de ce carnet l’extrait de texte significatif de notre message et sur la vidéo en ligne de la table-ronde.

Extraits du texte lu pendant la table ronde :
« Ce que les femmes font à la géographie, ce que la géographie fait aux femmes »

Extraits de l’ouvrage : La nouvelle histoire de l’Homme
De Pascal Picq : éditions Perrin (2005), collection Tempus poche (2007) pp 186 et 189

« Les années 1960 et 1970 voient l’arrivée des femmes dans les universités ainsi que la conquête de leurs droits. La vie des babouins va en être bouleversée ! L’éthologie en plein essor bénéficie de l’arrivée de femmes jeunes, libérées, militantes et prêtes à en découdre avec l’archaïsme du machisme dominant. D’une part, des protocoles d’observation et des méthodes d’analyse de plus en plus rigoureux en éthologie, d’autre part d’autres regards portés par de profonds changements de nos sociétés contemporaines. Shirley Strum compte parmi ces femmes éthologues qui s’aventurent chez les babouins. … » (pp 186)
« En s’installant durablement sur le terrain avec les populations observées, les éthologues, majoritairement des femmes, rencontrèrent et rapportèrent des situations inédites. Alors pourquoi plus les femmes que les hommes ? Sur cette question il est fréquent de lire et d’entendre des explications se référant à la psychologie différente des femmes. Il y a en réalité à cette époque une situation sociologique traditionnelle qui fait que les hommes occupent prioritairement les postes universitaires et que leurs diverses obligations académiques, souvent très lourdes, limitent la durée de leurs séjours sur le terrain. Ces contraintes incitent à favoriser les protocoles de collecte de données mais sont peu propices à la mise en évidence d’anecdotes. Pour cela il faut connaitre tous les individus d’un groupe et leurs histoires de vie : quand on dispose de peu de temps, on se focalise sur les plus reconnaissables et les plus actifs : les mâles. Quant aux jeunes femmes éthologues, sans charges académiques, car n’ayant pas de postes, elles disposaient de tout leur temps pour observer les choses de la vie. …Shirley Strum et ses collègues consacrèrent un temps considérable au terrain, souvent dans des conditions très précaires. Le plus difficile les attendait dans la jungle universitaire, là où le pouvoir masculin, bien en chaire dresse tant d’obstacles pour retarder les publications et ralentir les carrières. Quant aux babouins, ils continuent leurs vies de babouins, dont des morceaux de vies sont révélées au gré des vicissitudes des sociétés humaines. » pp 189